webleads-tracker

Our website use cookies to improve and personalize your experience and to display advertisements (if any). Our website may also include cookies from third parties like Google Adsense, Google Analytics, YouTube. By using this website, you consent to the use of cookies. We've updated our Privacy Policy, please click on the button beside to check our Privacy Policy.

La qualité des données au service du secteur financier

 

 

Au lendemain de la crise financière de 2008, l’Union Européenne a décidé d’adopter un certain nombre de réformes pour garantir la stabilité financière des organisations et améliorer la supervision des marchés financiers.

 

Les établissements financiers doivent désormais se conformer à toute une série de réglementations :  

 

  • - Solvabilité 2 pour garantir la solvabilité des assureurs : son objectif est de mieux adapter les fonds propres exigés des compagnies d'assurance et de réassurance aux risques que celles-ci encourent dans leurs activités ;
  • - Bâle 2/3 pour la solvabilité des banques, et particulièrement la norme BCBS 239 qui vise à améliorer la qualité des données en matière de risques et à accroître leurs capacités de production et de fiabilisation des reportings réglementaires ;
  • - Les normes IFRS pour les résultats financiers visent à standardiser la présentation des données comptables échangées à l’échelle internationale.

 

À cette régulation financière, s’ajoutent des principes visant à assurer la qualité de l’information restituée et suivie, typiquement : 

 

  • - renforcer la fiabilité et assurer la traçabilité des données : où sont-elles situées, qui y a accès, où sont-elles transférées, comment sont-elles contrôlées, quels sont les résultats de ces  contrôles ;  
  • - vérifier la pertinence et la cohérence des données : par exemple, l’âge de départ à la retraite utilisé en interne par un assureur correspond bien à celui du pays dans lequel il exerce ;
  • - garantir leur exhaustivité : deux fichiers Excel, l’un répertoriant le nombre de produits commandés , et l’autre le nombre de produits vendus, doivent contenir les mêmes informations ; 
  • - veiller à leur exactitude : le prix d’un produit, ou l’âge d’un client doivent être identiques  entre les différents systèmes d’information qui les stockent.  

 

Pour garantir ces nouveaux principes de qualité, les établissements financiers doivent à présent mettre en œuvre de nombreux moyens pour disposer de données fiabilisées et traçables. 

 

Disposer de données de qualité est un enjeu majeur pour les acteurs du secteur financier afin de répondre aux exigences réglementaires bien sûr mais aussi pour gouverner leurs données de la meilleure manière possible.

En effet, une qualité insuffisante des données expose les entreprises à de nombreux risques :

 

  • - une dégradation des résultats de calcul, qui affecte la précision des informations financières et donc la communication des aspects clés des reportings ; 
  • - des coûts de remédiation liés à un décommissionnement des systèmes d’information, à une retranscription manuelle des données qui engendre logiquement des erreurs ;
  • - un rappel à l’ordre de l’autorité de régulation ;
  • - d’éventuelles amendes et sanctions si des erreurs de conformité sont identifiées ;
  • - une perte d’informations au moment de la réalisation des reportings réglementaires ;
  • - une dégradation de l’image et des finances de l’entreprise, due à des résultats biaisés.

 

Assurer une meilleure gouvernance de ses données à travers des contraintes réglementaires offre néanmoins de nombreuses opportunités. 

 

L’utilisation d’informations fiabilisées et traçables représente pour les entreprises des opportunités de développement à la hauteur de l’investissement réalisé initialement pour changer ses pratiques. 

Parmi ces opportunités business : 

 

  • - Une meilleure communication financière entre les différents services, limitant ainsi les erreurs de gouvernance ;
  • - Un pilotage opérationnel et des prises de décision facilitées grâce aux reportings réglementaires qui offrent aux décideurs une vision périphérique et fiable des activités de l’entreprise ;
  • - Une réduction des frais de fonctionnement : possibilité d’avoir moins de provisions, d’adapter ses propres calculs internes et de simplifier ses reportings internes ;
  • - Une acculturation de l’entreprises aux sujets data, condition indispensable pour faire de la donnée un actif valorisable.

 

La qualité des données dans les organisations du secteur financier répond à leur devoir de conformité mais elle est également synonyme de nombreuses opportunités business. 

 

 

Head of Business Services / Actuaire